Francis Forêt, un son collé aux réalités régionales

Dernière mise à jour : 27 juil.

GABRIELLE SIMARD Le Quotidien

L’auteur-compositeur-interprète jeannois Francis Forêt a osé en choisissant de se vouer à la musique, il y a quatre ans. L’artiste, qui évoluait dans le domaine des sciences, a tout lâché pour explorer ce que les mélodies qui se cachaient en lui avaient à offrir. C’est les deux pieds dans le vide qu’il sortira, le 20 août, son tout premier album, Eille Billy, un projet pop-rock planant autoproduit dans la région. Imprégné par la saveur de son coin de pays, Francis Forêt ne s’est pas dirigé vers les grands centres pour vivre son rêve. En effet, celui qui a découvert ce qu’il avait à dire comme auteur-compositeur-interprète dans la trentaine ne croit pas que la recette du succès se cache dans l’exode. « C’est un pari de faire de la musique en région, mais avec les moyens de communication, la musique se décentralise et on est capables d’en faire ailleurs qu’à Montréal. Si tout le monde se rend en ville pour faire de la musique, les chansons sont moins collées aux réalités régionales, puisque tout le monde vit à la même place. En faisant de l’art en région, notre musique garde un son collé sur la réalité de notre coin », raconte le musicien Francis Forêt. Inspiré par la littérature et la musique de son enfance, l’auteur-compositeur-interprète convie son public à une expérience musicale voguant entre la pop, le rock, le folk moderne et la distorsion, avec l’album Eille Billy. « C’est un album riche et foisonnant. Il est à la fois rythmé, heureux, introspectif et intello. Il y a des thèmes sérieux et évidemment, j’y parle de l’amour », annonce-t-il. « J’essaie d’être original dans ma musique. J’ai mon mélange propre à moi et je crois avoir créé quelque chose qu’on ne voit pas beaucoup. Avec cet album, les gens vont voir tout le coeur que j’y ai mis et ils vont entendre les recherches sonores d’instruments que j’ai réalisées », met de l’avant celui qui travaille depuis trois ans à concevoir ce projet. « Si tout le monde se rend en ville pour faire de la musique, les chansons sont moins collées aux réalités régionales, puisque tout le monde vit à la même place. » Francis Forêt


Même s’il gravite dans l’univers musical depuis une quinzaine d’années, Francis Forêt avoue avoir vécu l’enregistrement d’album comme une expérience nouvelle. « J’ai un drôle de parcours musical parce que j’ai fait de la musique quand j’étais plus jeune, comme bassiste, contrebassiste et jazzman. C’est seulement vers 30 ans que j’ai découvert que ce que j’avais à dire devait être dit comme auteur-compositeur-interprète, par le biais de la chanson. On ne sait jamais à quoi s’attendre quand on se lance avec un premier album. Je me suis lancé dans quelque chose de nouveau et ça m’a fait revenir à mes premiers amours musicaux », développe le natif de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

S’il conseille aux gens de suivre leur coeur, le musicien est aussi convaincu que sa musique fera planer et découvrir un monde rythmé et dansant à ceux qui l’écouteront. Après avoir participé à plusieurs concours, Francis Forêt se réjouit de changer d’état d’esprit et de finalement sortir un album. « J’ai fait des vitrines, mais je ne suis pas vraiment un gars de concours. Avec Eille Billy, j’offre quelque chose de tangible. Quand on va écrire Francis Forêt sur les plateformes musicales, les gens vont trouver ma musique et j’ai vraiment hâte », livre-t-il.

Même si la batterie de l’album a été enregistrée à Saint-Zénon, l’album professionnel a été créé presque intégralement dans la région, dans le studio maison de l’artiste demeurant toujours à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

Pour Francis Forêt, ce premier album est une porte d’entrée pour se faire connaître un peu partout dans la province.


Le créateur voyagera avec l’album autoproduit dans la prochaine année. En plus d’offrir des CD à la fin août, des vinyles seront aussi disponibles à l’automne. Après le lancement de l’album, prévu le 20 août, Francis Forêt sera en représentation en première partie de Rick et les Bons Moments, le 27 août, au Côté-Cour de Jonquière, et le 29 août, à l’Auberge Île du Repos de Péribonka.

Grâce à une bourse reçue par le Conseil des arts et des lettres du Québec, il entamera prochainement la création de deux EP thématiques, qu’il créera au Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Un 5 à 7 sera aussi réalisé, en formule atelier de création, le 2 septembre. Les gens présents pourront ainsi voir l’évolution des chansons qu’il compose.


20 vues0 commentaire